Use of commercial sphagnum to estimate the geographic impact of a battery of recycling plant

Résumé : Une technique de biosurveillance (moss-bag) est utilisée pour évaluer les retombées de métaux lourds (plomb, cadmium, arsenic, baryum et antimoine) autour d'une source industrielle. Les résultats sont comparés à ceux obtenus par l'utilisation de jauges de sédimentation et par modélisation des rejets canalisés. Ces essais sont réalisés en parallèle autour d'un même site de seconde fusion du plomb. Les moss-bag se révèlent être d'aussi bons outils qualitatifs que les jauges de sédimentation. Il apparaît également que les moss-bag ont une plus grande efficacité à capter les retombées atmosphériques que les jauges de sédimentation et cela, malgré une surface d'exposition plus faible. Une durée de quinze jours est suffisante pour recueillir des niveaux quantifiables de plomb, de cadmium, d'antimoine et de baryum, dans les moss-bag placés au voisinage du site étudié. De plus, la hiérarchisation des points de retombées obtenue est équivalente voire plus fine (plus de niveaux différenciés) que celle déterminée au moyen de jauges au bout de trente jours. Cependant, la vitesse d'accumulation des métaux lourds dans les moss-bag ne semble pas être constante dans je temps. Ceci rend donc délicate la comparaison de résultats de campagnes réalisées sur des durées différentes et peut-être même des périodes différentes. La coupure granulométrique et la sélectivité des moss-bag restent également mal connues. Cette étude permet également de valider l'utilisation de sphaignes de culture pour concevoir les moss-bag, palliant ainsi la difficulté d'approvisionnement liée à l'utilisation de sphaignes "naturelles ". L'utilisation de cette technique de cette technique a permis d'évaluer rapidement la contribution du site aux teneurs de plomb, cadmium, arsenic et antimoine, mesurées à son voisinage. En comparaison, la modélisation des rejets canalisés du site a fourni une information qualitative incomplète du fait de la présence de sources diffuses. Cet outil de sondage qualitatif performant (intervalle de confiance réduit, coût de mise en oeuvre faible, simplicité d'utilisation, technique discrète, légère) peut apporter une information essentielle là où d'autres approches sont plus fragiles (modélisation en situation dégradée) ou nécessitent d'être optimisées (méthodes quantitatives normalisées). Cependant, une campagne de mesure utilisant une méthode de biosurveillance active, doit intégrer, dès sa conception, un minimum de points de contrôle (blanc de site, témoin, détermination de l'intervalle de confiance).
Type de document :
Communication dans un congrès
7. Conférence Internationale sur les mesures de polluants à l'émission, Feb 2006, Paris, France. pp.138-147, 2006
Liste complète des métadonnées

https://hal-ineris.archives-ouvertes.fr/ineris-00972528
Contributeur : Gestionnaire Civs <>
Soumis le : jeudi 3 avril 2014 - 16:29:45
Dernière modification le : jeudi 3 avril 2014 - 16:29:45
Document(s) archivé(s) le : jeudi 3 juillet 2014 - 18:20:34

Fichier

2006-014_hal.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : ineris-00972528, version 1
  • INERIS : EN-2006-014

Collections

Citation

Marc Durif. Use of commercial sphagnum to estimate the geographic impact of a battery of recycling plant. 7. Conférence Internationale sur les mesures de polluants à l'émission, Feb 2006, Paris, France. pp.138-147, 2006. 〈ineris-00972528〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

64

Téléchargements de fichiers

138