Monitoring des pesticides dans les eaux de surface : quelles substances réglementées à ce jour et quelles actions pour améliorer la surveillance de l’avenir

Résumé : L’objectif de cette présentation est de dresser le panorama actuel de la surveillance des pesticides dans les cours d’eau en France suite au premier état des lieux effectué en 2013 par le Ministère en charge de l’Ecologie (CGDD/SOes, Les pesticides dans les cours d’eau français). L’année 2016 sera une année charnière : le premier cycle de surveillance de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE 2009-2015) vient de se terminer et le deuxième cycle (2016-2021) présente de nombreuses nouveautés et évolutions. Au niveau européen, une décision d’exécution de la Commission du 20 mars 2015 a établi une liste de vigilance relative aux substances soumises à surveillance à l'échelle de l'Union dans le domaine de la politique de l’eau en vertu de la Directive 2008/105/CE du Parlement et du Conseil européen. Parmi les 17 substances incluses dans cette liste, et candidates potentielles à devenir des substances prioritaires de l’état chimique, figurent 8 pesticides. Au niveau national, l’arrêté du MEDDE du 7 août 2015 établi le nouveau programme de surveillance pour les eaux de surface, avec l’ajout de 12 substances ou groupes de substances prioritaires supplémentaires (dont des insecticides et herbicides) et d’une vingtaine de pesticides pour caractériser l’état écologique (avec des listes déclinées au niveau de chaque bassin afin de refléter les spécificités des territoires). En parallèle de la surveillance réglementaire DCE, l’arrête du 7 août 2015 dresse également une liste de substances dites « pertinentes à surveiller » ; il s’agit des substances pour lesquelles un risque a été mis en évidence par le CEP (Comité experts priorisation, Dulio et al. 2014), essentiellement à partir des données collectées lors d’une étude prospective 2012 qui a déjà été présentée au GFP 2014 (Botta et Lopez, 2014). Enfin, environ 20 pesticides dits « émergents » seront donc mesurés entre 2016 et 2021 sur les matrices eaux et sédiment pour acquérir plus de données sur leurs risques pour les organismes aquatiques. Si l’effort principal est mis sur la priorisation des substances les plus pertinentes à surveiller, le développement de nouvelles méthodes analytiques (Non-target screening entre autres) est également de première importance. Plusieurs travaux sont en cours au niveau national pour améliorer les outils d’échantillonnage (ex. échantillonneurs intégratifs type POCIS ou autres) et rationaliser les modalités de la surveillance, soit pour la fréquence d’échantillonnage soit pour le nombre de sites à échantillonner. Par ailleurs, la surveillance des pesticides dans les milieux aquatiques s’effectue à d’autres échelles telles que les eaux urbaines (ex. Projet REGARD à Bordeaux et autres projets ONEMA/Agences de l’Eau) ou dans le cadre d’autres types de plan de gestion tels que le Plan ECOPHYTO II (monitoring pour le suivi de l’évolution de l’indicateur ICPE). Enfin, au niveau européen, émerge de plus en plus la problématique du monitoring des biocides, des substances parfois autorisées aussi dans certains produits phytosanitaires (Rudel et al. 2015).
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-ineris.archives-ouvertes.fr/ineris-01854206
Contributor : Gestionnaire Civs <>
Submitted on : Monday, August 6, 2018 - 3:16:41 PM
Last modification on : Tuesday, August 7, 2018 - 1:08:07 AM

Identifiers

  • HAL Id : ineris-01854206, version 1

Collections

Citation

Fabrizio Botta. Monitoring des pesticides dans les eaux de surface : quelles substances réglementées à ce jour et quelles actions pour améliorer la surveillance de l’avenir. 46. Congrès du groupe Français des pesticides, May 2016, Bordeaux, France. pp.42. ⟨ineris-01854206⟩

Share

Metrics

Record views

14