Safety engineering applicated to hydrogen energy application - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2017

Safety engineering applicated to hydrogen energy application

Ingénierie de la sécurité appliquée à des applications hydrogène-énergie

(1, 2, 3) , (1, 2) , (1) , (3)
1
2
3

Abstract

Since a few years, hydrogen appears as a credible energy-vector. AREVA Stockage d’Energie develop in this framework energy-storage solutions allowing to transform electrical energy into chemical energy (here hydrogen) to store it. However, hydrogen applications are still considered dangerous, so that is feared a hazardous event like explosion which could occur if a hydrogen leakage happened. And it should be recognized that hydrogen leaks can produce extended explosive clouds because of the broad flammability range, and that hydrogen-air mixtures ignite extremely easily and burn/explode fast and violently. As compared to other fuels (ex: hydrocarbons), the flammability range is 5-10 times larger, the minimum ignition energy is 5-10 times smaller and the maximum burning velocity is also about 5-10 times larger. However, due to its physical properties, hydrogen may offer some appreciable advantages in terms of mitigation: because the flammable mixtures are much lighter than air, they disperse rapidly. Design engineers have to face this reality and the logical consequence is that the safety demonstration has to be very strong and clearly understandable. Safety is the essential issue for the introduction of hydrogen applications on the market. If the risk is unacceptable (too near to important issues, sensitive environment…), Design engineers should be able to change the process and them to reassess the risk. The objective of this study is to establish a tool that permit to do that. In a way, a safety engineering tool is aimed to be created. The main points of this study are : - The design of a risk matrix: she must include both the probability and the severity of the accident. The specific case of AREVA Stockage d’Energie is presented that takes into consideration the geometry of the application studied and probabilities that reflects the real risks (here: ATEX risk). But the matrix could be formed with different criteria. - Identification of the “Critical events” or EC (Laurent, 2011): for hydrogen applications, the critical events are principally leaks and secondarily bursting. The EC is the ultimate event of a succession of events that are linked together by cause-and-effect relations. Once the EC occurs the series of following events is judged inexorable, automatic and with cause-and effect relation between the events but those events follow a temporal sequence. The probability of the accident is the one of the EC ; - Risk assessment: For each EC, a fault tree and an event tree are associated. The fault tree permit to calculate the EC probability if the probabilities of the initial events are known. In the framework of the major risk where the precision required is average, generic database are used. Those database, rather old and related to hydrocarbon technologies, are not adapted to the sharpness of the tool developed and neither to hydrogen objects. Since the feedback is also limited, an approach based on the extension through the upstream of the fault tree have been developed; however, some keys probabilities are still missing. Otherwise the methods of consequences evaluation used for major accidents are also not adapted. To correctly assess the consequences of an accident and the sizing of the safety barriers (vents, flowrate limiter…), the characteristics of the flammable cloud must be known precisely. Experiments are realized and will allow the development of the specific tool box for the evaluation of the consequences.
Depuis quelques années, l’hydrogène apparaît comme un vecteur d’énergie crédible. AREVA Stockage d’Energie développe, dans ce cadre, des solutions de stockage d’énergie, permettant de transformer l’énergie électrique en énergie chimique (de l’hydrogène) afin de la stocker. Cependant les applications hydrogène sont toujours considérées dangereuses, tant est redouté un évènement dangereux tel qu’une explosion qui pourrait avoir lieu si une fuite d’hydrogène se produisait. Il faut reconnaitre que les fuites d’hydrogène peuvent produire de vastes nuages inflammables à cause de sa plage d’inflammabilité étendue et qu’un mélange hydrogène-air peut s’enflammer extrêmement facilement et brûler rapidement et violement. En comparant l’hydrogène aux autres carburants usuels, sa plage d’inflammabilité est 5 à 10 fois plus étendue, son énergie minimale d’inflammation est 5 à 10 fois plus faible et sa vitesse maximale de propagation est aussi 5 à 10 fois plus importante. Cependant, grâce à ses propriétés physiques, l’hydrogène peut offrir des avantages appréciables en termes de sécurité/mitigation, tels que sa densité plus faible que l’air entraînant une dispersion rapide. Les ingénieurs de conception doivent faire face à cette réalité et la conséquence logique est que la démonstration de la sécurité doit être solide et clairement compréhensible. La sécurité est donc l’enjeu essentiel pour l’introduction des objets hydrogène sur le marché. Dans l’hypothèse où ce risque serait inacceptable pour l’usager (trop grande proximité avec des enjeux forts, un environnement sensible…), il faut être capable de faire évoluer le procédé proposé puis de requalifier le risque. L’objectif de ce travail est de constituer l’outil qui permette de faire cela. On vise en quelque sorte un outil d’ingénierie de la sécurité. L’objectif de cette communication est de présenter le travail accompli et l’outil. Les principaux points sur lequel ce travail a porté sont les suivants : - Conception d’une matrice d’acceptabilité : elle comporte une dimension probabilité de l’accident et gravité de l’accident. Le cas spécifique d’AREVA Stockage d’Energie est présenté mais la matrice pourrait être constituée sur la base de critères différents ; - Identification des « évènements redoutés centraux » ou ERC (Laurent, 2011) : dans le cas des objets hydrogène, il s’agit principalement de fuites et accessoirement d’éclatements de capacité. L’ERC est l’évènement ultime d’une série d’évènements reliés les uns aux autres par des relations de cause à effet. Sur cet enchaînement, des calculs de probabilité sont possibles. Dès lors que l’ERC s’est produit la séquence d’évènements qui suit est jugée inexorable, automatique sans relation de cause à effet entre les évènements mais suivant une séquence temporelle. La probabilité de l’accident est donc celle de l’ERC ; - Calcul du risque : pour chaque ERC, un arbre de défaillances est construit en amont de l’ERC et un arbre d’évènements en aval. L’architecture de l’arbre de défaillances permet de calculer la probabilité de l’ERC si la probabilité des évènements les plus en amont est connue. Dans le cadre du risque majeur, où la précision des estimations requise est moyenne, on utilise des bases de données génériques relatives aux accidents majeurs. On a montré que ces bases de données, plutôt anciennes et relatives aux technologies des hydrocarbures, ne sont pas adaptées ni à la finesse de l’outil ni aux objets hydrogène. Comme par ailleurs le retour d’expérience sur ces objets est très limité, on a développé une approche nouvelle basée sur le prolongement vers l’amont des arbres de défaillances. Par ailleurs les méthodes d’estimation des conséquences des accidents habituellement employées pour les accidents majeurs ne sont pas adaptées. Il faut être capable notamment d’estimer assez précisément les caractéristiques d’un nuage inflammable d’une part pour prédire les effets de l’explosion mais aussi pour dimensionner les barrières (évents, limiteurs de débit...). Une boite à outil spécifique a été développée pour cela.
Fichier principal
Vignette du fichier
2017-163_post-print.pdf (690 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

ineris-01863200 , version 1 (28-08-2018)

Identifiers

  • HAL Id : ineris-01863200 , version 1

Cite

Audrey Duclos, Christophe Proust, Jérôme Daubech, Franck Verbecke. Ingénierie de la sécurité appliquée à des applications hydrogène-énergie. 16. Congrès de la Société Française de Génie des Procédés (SFGP 2017), Jul 2017, Nancy, France. ⟨ineris-01863200⟩
113 View
307 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More