Comment gérer la biomasse végétale issue des phytotechnologies ? Perceptions des opérateurs de filières de valorisation - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Rapport Scientifique INERIS Year : 2018

Comment gérer la biomasse végétale issue des phytotechnologies ? Perceptions des opérateurs de filières de valorisation

(1) , (1) , (1) , (1)
1

Abstract

A survey was carried out in 4 European countries to gather end-user’s perceptions of using plants from phytotechnologies in combustion and anaerobic digestion (AD). 9 actors of the wood energy sector and 11 AD platform operators from France, Germany, Austria and Sweden were interviewed. Questions related to installation, input materials, performed analyses, phytostabilization and phytoextraction. Although the majority of respondents did not know phytotechnologies, results suggested that plant biomass from phytomanaged areas could be used in AD and combustion, under certain conditions. As a potential advantage, these plants would not compete with plants grown on agricultural lands, contaminated lands being not suitable for food/feed production. Main limitations would be related to additional controls in inputs, end-products and installations that might generate additional costs. In most cases, the price of biomass from phytotechnologies was mentioned as a driver to potentially use it. Plants used in phytostabilisation were thought to be less risky and benefited from a better theoretical acceptance than those issued from phytoextraction.
La production de cultures énergétiques est considérée comme une menace pour la sécurité alimentaire et le développement durable. Cependant, ces cultures peuvent s’effectuer sur des sols peu fertiles ou présentant une contamination ce qui permet d’éviter la compétition avec les sols agricoles tout en augmentant la production d’énergies renouvelables encouragée par la Directive 2009/28/EC et la restauration de ces sols grâce aux phytotechnologies. Les phytotechnologies sont des options de gestion des sols pollués basées sur l’utilisation de végétaux herbacés et ligneux souvent choisis pour être en synergie avec la microflore existante et des amendements apportés au sol. Ces techniques offrent la possibilité de produire de la biomasse renouvelable pour l’économie biobasée (ex : bioénergie, biocatalyse, biomatériaux) et d’améliorer les services écosystémiques en restaurant, par exemple, la structure, la qualité et les fonctions du sol. Les végétaux phytostabilisateurs affichent des concentrations en métaux identiques aux concentrations habituellement mesurées chez des végétaux se développant sur des sols non pollués tandis que les végétaux phytoextracteurs présentent des concentrations nettement supérieures à ces valeurs. Des essais de combustion conduits sur des saules enrichis en métaux (Cd et Zn) ont montré que leur valorisation était possible à condition que les chaudières soient équipées de filtres efficaces. Cependant, pour la combustion et la méthanisation, la possibilité d’épandre respectivement les cendres et le digestat pourrait, dans certains cas, être problématique. Elle dépend en effet de la qualité des résidus et du cadre règlementaire. La perception par les opérateurs de filières de valorisation des biomasses issues de phytotechnologies ayant été peu étudiée, une étude pour recueillir les opinions d’exploitants de chaudières à biomasse et de méthaniseurs a été réalisée. Cette étude a été conduite via des questionnaires auprès de vingt exploitants Européens issus de quatre pays (France, Allemagne, Suède et Autriche) dans le cadre du projet Greenland.
Fichier principal
Vignette du fichier
2018-386.pdf (549.31 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publication funded by an institution
Loading...

Dates and versions

ineris-02044860 , version 1 (21-02-2019)

Identifiers

  • HAL Id : ineris-02044860 , version 1

Cite

Valérie Bert, Isabelle Zdanevitch, Serge Collet, Rodolphe Gaucher. Comment gérer la biomasse végétale issue des phytotechnologies ? Perceptions des opérateurs de filières de valorisation. Rapport Scientifique INERIS, 2018, 2017-2018, pp.22-23. ⟨ineris-02044860⟩

Collections

INERIS
102 View
154 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More